Que manger pour se sentir bien donc performant #1

Chez les sportifs, la diététique a un triple intérêt :

  • Elle peut éviter les contre-performances.
  • Elle peut améliorer l’endurance lors de l’effort.
  • Elle peut permettre une récupération rapide après l’effort.

Actuellement, le sport est au goût du jour, sa pratique s’intensifie comme si les gens prenaient conscience d’un besoin d’activité physique dans leur univers de sédentarité croissante.

Plus de la moitié des adeptes d’un sport pense qu’il faut observer des habitudes alimentaires spécifiques sans savoir tout à fait lesquelles.

Bien sûr, il ne suffit pas de s’alimenter correctement pour devenir un champion, mais une éducation nutritionnelle bien comprise permet à chacun de s’épanouir, d’être en bonne santé, en d’autres termes, d’avoir la forme. Le but de cet article et de ceux qui suivront est d’informer sur les possibilités qu’offre la diététique quant au maintien d’une certaine condition physique. Elle permet une adaptation du mode d’alimentation tout en respectant les goûts et les traditions de chacun. Souvent la diététique est synonyme de privation (le mot régime fait frémir!…) ; c’est sans doute la raison pour laquelle beaucoup de sportifs ne s’y intéressent pas (d’autant qu’il s’agit d’hommes pour la plupart…). Pour coachsvaltorta, diététique est synonyme d’équilibre et de variété.

Les besoins nutritionnels seront différents en fonction des individus, des conditions, de l’activité physique pratiquée. Il est cependant important de rappeler les principes de base utiles à tous, mais aussi, et c’est le but essentiel de ces articles, de répondre aux différents problèmes qui peuvent se poser aux sportifs selon leur discipline, leur niveau, et le type de performance qu’ils auront à accomplir.

Les habitudes alimentaires sont si profondément enracinées dans la personnalité humaine et dans les traditions socioculturelles que la complexité d’un processus éducatif visant tant soit peu à les modifier apparaît en toute évidence. L’adaptation est nécessaire du fait qu’il s’agit d’un changement non pas à court terme mais à long terme. C’est un processus qui n’est pas facile ; d’où la nécessité d’une bonne compréhension des avantages d’un tel changement et de la meilleure adaptation des principes diététiques pour chacun. Il faut avant tout respecter la liberté individuelle, la liberté de choix, n’être jamais contraignant ni « moralisateur »… Il faut éviter de culpabiliser en se disant : « je me fais plaisir en mangeant, c’est un péché. » Il faut s’informer afin de mieux s’éduquer. C’est une forme de pédagogie.

 

 

Publicités